Intra/Extra – Gaetan Genet

Binevenu dans mon coin lecture virtuel, cher lecteur. Si vous êtes à la recherche d’un livre relaxant qui se lit facilement, cette chronique ne s’adresse pas à vous. Par contre, si un roman peut être confrontant et déstabilisant, installez-vous pour découvrir Intra/Extra, roman poignant de Gaetan Genet aux éditions Nombre7.

En tant que chroniqueuse, entre autres par le biais de SimplementPro, il m’arrive de m’aventurer sur des sentiers livresques en dehors de mes déambulations littéraires habituelles. Tel était également le cas lorsque Gaetan Genet m’a proposé de lire son roman il y a de cela plusieurs semaines. Aussi, je tiens à le remercier pour sa confiance et pour sa patience.

Dans Intra/Extra, nous cheminons avec Guillain, jeune homme au destin pour le moins décourageant. Issu d’une famille où tout semble tourner comme une boule carrée, il décide très jeune de prendre sa propre vie en main et part s’installer à Bordeaux. Il constate bien vite qu’il lui sera tout sauf facile de s’insérer dans le monde du travail pour se forger une place dans la société. Les chances n’étant pas de son côté, il dégringole. Chute vertigineuse qui va le mener dans le caniveau de cette société, au rencard de la vie « normale ». Tous les monstres des bas-fonds du quotidien de monsieur Tout-le-Monde passent la revue. Entre ses nombreuses rencontres défavorables, Guillain en fait aussi quelques-unes plus prometteuses. Il reprend du poil de la bête, réussit à se hisser vers une vie riche. Il s’accroche, se démène. Mais cela suffira-t-il à le sauver définitivement ? À vous de le découvrir dans Intra/Extra.

Ce roman m’a plongée dans le délire d’une vie qui se perd, essaie de remonter à la surface, replonge… Le personnage de Guillain est poignant, répugnant parfois, attachant dans d’autres passages. Ce n’est pas un livre qui vous remontera le moral. Par contre, vous pourriez rencontrer le désespoir que certains connaissent dans notre société. Faire l’expérience de ce désespoir de l’intérieur, m’a certainement touchée. Déambuler dans les bas-fonds de la vie de Guillain m’a invitée à plus de gratitude pour mon quotidien. S’il n’est pas toujours facile, il est de toute façon mille fois meilleur que celui de cet anti-héros. Je reconnais que je me suis délectée, par après, d’une lecture plus légère. Je vous invite d’ailleurs à découvrir mes autres chroniques ;).

Comments are closed.

Up ↑

%d bloggers like this: