Cinéma intégral – Frédéric Mirabel-Chambaud – chronique

Voici une lecture à laquelle il ne sera pas facile de faire honneur. Résumer l’histoire du livre, je n’en vois pas l’intérêt. Ne vous méprenez pas à ces paroles: l’histoire est bien construite. C’est juste que de bons résumés ont déjà été rédigés. Découvrez-en les éléments clés sur Babelio, par exemple.

Pour ma part, je préfère de loin vous parler de l’effet que le roman de Frédéric Mirabel-Chambaud m’a fait. Au départ, je me suis lancée dans une lecture de science-fiction plaisante. Roman divan-couverture accrocheur, bien ficelé et bien écrit. Soigné quoi. L’artisan-écrivain a fait du bon boulot. L’intrigue m’embarque pour un avenir lointain, où je découvre notre possible monde futur. Rien qu’à ce niveau de pure fiction, le livre vaut déjà le détour. Et puis…

Calée dans mon divan, blottie sous ma couverture, le pur plaisir fictionnel cède petit à petit la place à une sorte de malaise. Sournois, profond. Les émotions et questionnements éveillés par ma lecture de “Cinéma intégral” prennent le dessus, sans que l’histoire ne disparaisse pour autant de mon écran de cinéma intérieur.

La distance temporelle et matérielle créée par l’auteur par rapport à notre réalité actuelle, creuse une sorte de gouffre dans lequel se rassemblent mes craintes vis-à-vis de la sacrosainte technologie et connectivité que nous adorons, vis-à-vis de solutions irréfléchies que nous sommes tout fiers d’apporter à des problèmes qui n’ont même pas été entièrement analysés, vis-à-vis du gris qui prend à tant de niveaux la relève sur les couleurs dans nos vies. Plus ce gouffre se nourrit de mes réflexions (senti)mentales, plus l’histoire devient asphyxiante.

A ce moment-là, précisément, je bascule dans la deuxième partie. Page après page, j’espère que Frédéric Mirabel-Chambaud se montrera clément. Terminera-t-il son roman de science-fiction noire en lui donnant une petite note de feel-good ? Un petit bol d’air frais dans ce marécage asphyxiant ? Je l’espère, j’en ai soif, mais… serait-ce judicieux ? Je ne vous vendrai pas la mèche. Cinéma intégral : achetez-le, lisez-le ! (auto-édité chez Librinova)

Découvrez également les autres livres que j’ai lus et appréciés récemment, il y en a pour tous les goûts !

One thought on “Cinéma intégral – Frédéric Mirabel-Chambaud – chronique

Comments are closed.

Up ↑

%d bloggers like this: