The invitation – Oriah Mountain Dreamer

[Version française du poème en prose sous la version en anglais]

The invitation

It doesn’t interest me
what you do for a living.
I want to know
what you ache for
and if you dare to dream
of meeting your heart’s longing.It doesn’t interest me
how old you are.
I want to know
if you will risk
looking like a fool
for love
for your dream
for the adventure of being alive.

It doesnt interest me
what planets are
squaring your moon…
I want to know
if you have touched
the centre of your own sorrow
if you have been opened
by life’s betrayals
or have become shrivelled and closed
from fear of further pain.

I want to know
if you can sit with pain
mine or your own
without moving to hide it
or fade it
or fix it.

I want to know
if you can be with joy
mine or your own
if you can dance with wildness
and let the ecstasy fill you
to the tips of your fingers and toes
without cautioning us
to be careful
to be realistic
to remember the limitations
of being human.

It doesn’t interest me
if the story you are telling me
is true.
I want to know if you can
disappoint another
to be true to yourself.
If you can bear
the accusation of betrayal
and not betray your own soul.
If you can be faithless
and therefore trustworthy.

I want to know if you can see Beauty
even when it is not pretty
every day.
And if you can source your own life
from its presence.

I want to know
if you can live with failure
yours and mine
and still stand at the edge of the lake
and shout to the silver of the full moon,
“Yes.”

It doesn’t interest me
to know where you live
or how much money you have.
I want to know if you can get up
after the night of grief and despair
weary and bruised to the bone
and do what needs to be done
to feed the children.

It doesn’t interest me
who you know
or how you came to be here.
I want to know if you will stand
in the centre of the fire
with me
and not shrink back.

It doesn’t interest me
where or what or with whom
you have studied.
I want to know
what sustains you
from the inside
when all else falls away.

I want to know
if you can be alone
with yourself
and if you truly like
the company you keep
in the empty moments.

Source: https://www.familyfriendpoems.com/poem/the-invitation-by-oriah-mountain-dreamer

L’INVITATION

Peu m’importe ce que tu fais dans la vie. Je veux savoir ce qui est douloureux pour toi et si tu as de l’audace d’écouter ton cœur.

Peu m’importe quel âge tu as. Je veux savoir si tu prendras le risque de te rendre ridicule au nom de l’amour, d’un rêve, de l’aventure d’être vivant.

Peu m’importe quelles planètes sont en conjoncture avec ta lune… Je veux savoir si tu as touché le centre de ta propre douleur, si les trahisons de la vie t’ont permis de t’ouvrir, ou si tu t’es fané et renfermé par crainte des blessures à venir.

Je veux savoir si tu peux regarder la souffrance en face, la mienne ou la tienne, sans t’agiter pour la cacher, ou l’amoindrir ou la fixer.

Je veux savoir si tu peux vivre avec la joie, la mienne ou la tienne, si tu peux danser avec folie et te laisser remplir d’extase, jusqu’au bout des doigts et des orteils, sans nous avertir d’être prudent, d’être réaliste, de nous rappeler les limites de l’être humain.

Peu m’importe si l’histoire que tu me racontes est vraie. Je veux savoir si tu peux décevoir quelqu’un pour rester fidèle à toi-même,  si tu supportes l’accusation d’une trahison sans trahir ton être profond, si tu peux être sans foi religieuse, et par conséquent digne de confiance.

Je veux savoir si tu peux voir la beauté, même lorsqu’elle n’est pas belle tous les jours. Et si tu peux nourrir ta vie de sa présence.

Je veux savoir si tu peux vivre avec l’échec, le tien ou le mien, et malgré cela rester debout sur le rivage du lac, et crier aux reflets argentés de la pleine lune, « Oui »

Peu m’importe de savoir où tu vis ou combien d’argent tu as. Je veux savoir si tu peux te lever après une nuit de chagrin et de désespoir, épuisé et meurtri, et faire ce qui est nécessaire pour nourrir les enfants.

Peu m’importe qui tu connais ou comment tu es venu ici. Je veux savoir si tu peux rester debout au milieu du feu avec moi sans reculer.

Peu m’importe le lieu ou la spécialité, ou avec qui tu as étudié. Je veux savoir ce qui te maintient à l’intérieur quand tout le reste s’écroule.

Je veux savoir si tu peux rester seul avec toi moi-même et si tu es vraiment heureux en ta compagnie dans les moments de solitude.

Oriah Mountain Dreamer

Comments are closed.

Powered by WordPress.com.

Up ↑

%d bloggers like this: